Vers un front du refus de CAP 2022, s’il s’agit d’une nouvelle version de la RGPP, en marche vers 2022 ?


Le 1er février 2018 le premier ministre réunira le premier comité interministériel de transformation de l’action publique.
Ses conclusions permettront d’en savoir plus sur les objectifs de CAP 2022 dans chaque administration. En attendant le 1er février, la CGT a le devoir de s’interroger sur les véritables enjeux de CAP 2022 au MEAE. S’agit-il d’un projet de modernisation de notre administration ou d’un plan d’économies imposé par Bercy ?

Historiquement, en effet , nos ministres successifs ont toujours affiché leur volonté de moderniser leur administration pendant l’exercice de leurs fonctions. Cependant, pour la CGT, une modernisation réussie ne saurait servir de prétexte à un plan d’économies ni se faire au détriment des personnels. Avec des politiques publiques de plus en plus brutales les personnels en paient le prix fort. Qu’il s’agisse de souffrance au travail, de suppressions d’effectifs, d’abandons ou de privatisations de missions. Il importe donc d’exiger avec la CGT des moyens humains et financiers à la hauteur des ambitions affichées par le Quai d’Orsay. Face à la RGPP la CGT avait apprécié à sa juste valeur l’expression de deux anciens ministres Hubert Védrine et Alain Juppé " Cessez d’affaiblir le Quai d’Orsay". Ces deux défenseurs de la réforme de l’état avaient raison dans leur constat bien tardif mais après la RGPP et la MAP cet affaiblissement risque de se poursuivre avec CAP 2022.

C’est pourquoi, la CGT/MAE n’hésitera pas à appeler à un front du refus de CAP 2022 s’il s’agit d’une nouvelle version de la RGPP. Avec celles et ceux qui partagent ce juste combat, refusons la souffrance au travail, les réductions d’effectifs, les abandons et les privatisations de missions. Le moment est venu d’en débattre entre nous, quel que soit notre statut, dans l’unité syndicale la plus large. Exigeons la transparence sur le projet CAP 2022. Hors de question de faire subir aux personnels une réforme similaire à la RGPP.

Tel est l’avis de la CGT/MAE a propos de CAP 2022.

Au regard du budget général de l’Etat, le MEAE pèse peu. Il n’y a plus d’économies à réaliser sur les missions ou sur les effectifs à l’heure actuelle. La CGT/MAE considère donc que les moyens humains pour mettre en œuvre la politique extérieure de l’Etat doivent être renforcés. N’oublions pas que le rayonnement de la France se réalise aussi grâce à la qualité des services de l’Etat à l’étranger, et des agents qui les composent, que ce soit dans les domaines consulaires, diplomatiques, éducatifs ou culturels.