Service minimum : ne laissons pas bâilloner les salariés et gruger les usagers


Service minimum : remise en cause du droit de grève

Le texte sur le droit de grève / service minimum présenté par le gouvernement est en débat à partir du 17 juillet au Sénat et du 30 juillet à l’Assemblée nationale.

L’objectif du gouvernement n’est pas de mettre en place un contexte propice à diminuer les causes de conflits, en particulier en obligeant les directions à négocier en cas de désaccord ou en insérant dans les cahiers des charges des appels d’offres des obligations sociales.

Le caractère démagogique de ce texte n’est plus à démontrer. Il ne vise pas à améliorer le dialogue social ni à fournir aux usagers un service public de qualité.

Au contraire, cette loi vise à cadenaser les conditions d’exercice du droit de grève dans un contexte où les désengagements de l’Etat pour maintenir les services publics s’accélèrent.

Les organisations de la CGT sont pleinement engagées dans la bataille pour le droit de grève et les Services publics.

Ci-joint communiqué des FD des Transports CGT, CFDT, FO et CFTC appelant usagers et salariés à faire du 31 juillet une journée d’action et de rassemblement dans tous les départements