RAFP : un pas vers la Retraite Aléatoire soumise à Fonds de Pension ?


Le Régime Additionnel de la Fonction publique : un premier pas vers la Retraite Aléatoire soumise à Fonds de Pension.

Petits rappels élémentaires :

- Si les retraites en France étaient financées par capitalisation avant la seconde guerre mondiale, celle-ci a fait chuter la valeur de l’épargne accumulée, et les retraités se sont retrouvés littéralement ruinés. C’est à ce moment-là que les systèmes de retraite par répartition ont été mis en place.

- Avec un système par capitalisation, le niveau des rentes/retraites dépend de décisions prises par les conseils d’administration des entreprises (quels investissements ? etc.), des banques, des fonds de pension, des "marchés financiers", des spéculateurs, etc. Dans un tel système, seuls peuvent intervenir sur leur rémunération ceux qui ont le pouvoir financier. Et les décideurs financiers savent bien que les bons rendements boursiers n’existent que dans la mesure où les salaires, et donc les retraites, voient leur pouvoir d’achat contenu...

Le RAFP et les réformes de retraite

- Mis en place dans le cadre de la réforme des retraites 2003, le régime de retraite additionnel de la Fonction publique est bel et bien un régime appuyé sur un fonds de pension !

- Suite aux dernières négociations salariales du 18 février, le gouvernement veut accélérer le développement de la partie indemnitaire de la rémunération, au détriment du traitement. Avec les conséquences que cela comporte en matière de garanties, de transparence, de niveau des retraites.

- Le RAFP constitue donc un point d’entrée pour une part de plus en plus importante de capitalisation dans nos systèmes de retraite et ce au détriment de la répartition.

- Le petit Powerpoint qui suit rappelle en une dizaine de diapos les droits et règles du système en place et son analyse critique.