Quand la crise de la dette attise les convoitises : en Afrique l’exemple du combat de la BAD contre les fonds vautours créateurs d’instabilité.



En 2009 le montant de la dette de l’Afrique s’élevait à 90 milliards d’euros.

Comme la crise de la dette africaine attise les appétits des fonds vautours la Banque africaine de dévellopement
( BAD ) a décidé de lutter contre ces fonds vautours créateurs d’instabilité par l’intermédiaire d’un organisme nommé la Facilité africaine de soutien juridique ( ALSF ).

- Les fonds vautours domiciliés dans des paradis fiscaux rachètent à très bas prix des créances douteuses ou des dettes de pays très pauvres incapables de rembourser.

- Leur jeu consiste à refuser de participer à une annulation ou à un rééchelonnement des créances organisés par les états envers des pays pauvres très endettés ( PPTE ) puis à se retourner devant les tribunaux - en général dans des pays du nord - pour tenter d’en obtenir le remboursement et de scandaleux dommages et intérêts.

- En 2004, 29,6 millions de dollars de créances du Congo Brazzaville ont été racheté pour 1,8 million et ont rapportés à un fond vautour 118,6 après jugement.

- En 2007, 18 créances de la République démocratique du Congo ( RDC) ont été rachetés 2 millions de dollars et ont rapporté 108 millions à un fond vautour.

- Plus récemment, 30 créances de la Zambie ont été racheté 3 millions et ont rapportés 30 millions à un fond vautour.

Au total, plus de 7 milliards de dollars ont déjà dû être
remboursés indûment par des pays endettés africains.