" Nos très chères ambassades" : un reportage à charge contre les personnels du MAEDI sur France 3, prétexte à publicité pour l’iFRAP dans sa recherche de dons.


ÉMISSION, PIÈCES A CONVICTION, 20 AVRIL 2016, FRANCE 3

Trois ans, presque jour pour jour, après l’attentat contre l’ ambassade de France à Tripoli, en Libye, le 23 avril 2013, ce reportage du magazine "pièces à conviction", diffusé le 20 avril 2016 sur France 3, a suscité, à juste titre, une incompréhension puis une indignation parmi les personnels du MAEDI, tous statuts confondus.C’est pourquoi, la CGT/MAE se réserve le droit d’interpeller le ministre à ce sujet pour qu’il défende les personnels de son administration. Au delà de cette indignation partagée, il reste à s’interroger sur l’utilisation faite par l’iFRAP, de ce reportage.

Et ce, dés le mardi 19 avril, avec une présentation de l’émission sur internet,
http://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/nos-tres-cheres-ambassades
et la complicité de l’ex ministre Bernard Kouchner en matière d’argumentaire. Puis une suivante datée du 21 avril, http://www.ifrap.org/europe-et-international/pieces-conviction-nos-tres-cheres-ambassades

L’ iFRAP (1*), Quésaco ? C’est une fondation reconnue d’utilité publique depuis le 17 novembre 2009, sous le n° 582/639. A ce titre elle collecte des dons déductibles des impôts. Voir, http://www.ifrap.org/la-fondation-ifrap et chercher accessoirement son classement dans la liste de toutes les fondations de ce type https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/fondations-reconnues-d-utilite-publique/

A partir du 21 avril, à la rubrique "L’iFRAP DANS LES MEDIAS", la directrice de la fondation, Agnès Verdier Molinié, apparaît de nouveau sur internet lors de son passage dans le reportage, “Nos très chères ambassades”, (voir http://www.ifrap.org/). L’iFRAP a donc systématiquement profité de la diffusion ce reportage, pour assurer la publicité de ses idées et collecter des dons.

Pour connaitre les idées de cette fondation, voir son rapport de 2014 sur la diplomatie française, http://www.ifrap.org/europe-et-international/moderniser-la-diplomatie-francaise et cet autre plus ancien, de 2007, http://regards-citoyens.over-blog.com/article-la-diplomatie-fran-aise-un-rayonnement-tres-couteux-par-nicolas-lecaussin-ifrap-2007-121897400.html " la diplomatie française, un rayonnement très couteux", dont l’auteur, Nicolas Lecaussin, a depuis lors été licencié de la fondation.

Avec une équipe réduite, selon le magazine challenges, " douze équivalents temps plein et une centaine de contributeurs bénévoles",
l’iFRAP a parfaitement le droit de faire la promotion de ses idées, comme dans ce numéro de challenges du 21 avril, consacré à la nouvelle pensée libérale dont Agnès Verdier Molinié, 38 ans, directrice de iFRAP, serait “l’ambassadrice”.

Nouvelle pensée, vieille comme le monde, à l’opposé des idées de la CGT sur le service public. Cependant, de notre coté, nous avons aussi le droit de savoir qui finance ce Think tank. Nous avons même le devoir de nous interroger sur le volume, la ventilation et l’utilisation des dons finançant cette fondation reconnue d’utilité publique.

La fondation iFRAP : Think tank ultra-libéral (2*) ou Think bank de lobbyistes à utilité privée ? En deçà de l’obligation de transparence pour son financement alors qu’elle revendique avoir obtenu l’inscription de cette obligation dans la loi, pour les syndicats ? Les syndicats ont, en effet, l’obligation de publier leurs comptes, sur leur site internet, depuis la loi du 20 aout 2008.

Quid de cette nécessaire obligation pour les fondations reconnues d’utilité publique, comme l’iFRAP ? Une simple publication des comptes au Journal Officiel, suffit-elle ? Voir, http://www.journal-officiel.gouv.fr/publications/assoccpt/pdf/2014/3112/519556013_31122014.pdf Ne faudrait-il pas exiger encore plus de transparence sur la ventilation des dons versés par catégorie de donateurs : entreprises et particuliers ?

A la lecture des comptes 2014, une analyse détaillée permet de constater qu’ entre 2013 et 2014 les dons sont passés de 1131318€ à 1180941€ dans le même temps où la charge salariale est passée de 414500€ en 2013 à 528450€ en 2014, pour un total de cinq salariés dont trois cadres. Quid des prochains comptes 2015, publiés au Journal Officiel ? Pour en savoir, un tout petit peu plus, sur ce Think tank, devenu fondation d’utilité publique, grâce au gouvernement François Fillon, le 17 novembre 2009.

Certains le regrettent (3*), d’autres non. Une question, en conclusion :
pourquoi ce Think tank ultra-libéral a-t-il, à ce point, portes ouvertes dans les chaînes du service public de télévision ? Mystère.

La CGT/MAE, en tout cas, continuera de combattre les idées de l’iFRAP pour défendre le service public, les personnels, le budget et les missions du Ministère des Affaires Étrangères et du développement international.

(1*/ ne pas confondre avec l’IFRAD, "International Fondation for Research on Alzheimer Disease", fondation qui lutte utilement contre la maladie d’Alzheimer)

(2*/ voir le site d’ACRIMED http://www.acrimed.org/L-Ifrap-think-tank-ultra-liberal-a-l-aise-sur-France-2-et-ailleurs)

(3*/ voir le site laviemoderne : http://www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/68-reconnue-d-inutilite-publique.)

YoxView thumbnail
L’iFRAP DANS LES MEDIAS
YoxView thumbnail
L’EMISSION VUE PAR L’iFRAP
YoxView thumbnail
PRESENTATION iFRAP DE L’EMISSION