Le traité transatlantique TAFTA : Conséquences sur l’emploi


Pour la CGT : Les peuples, l’environnement et la démocratie avant les profits et les droits des multinationales !

L’influence du secteur privé se lie clairement dans le chapitre portant sur la coopération réglementaire, il y est fait mention à plusieurs reprises de la nécessité de consulter les multinationales sur tel ou tel passage du traité.

Le principe de précaution serait un principe à effacer ?, les négociateurs du potentiel traité transatlantique de libre échange et d’investissement (TTIP ou TAFTA) ont trouvé la parade pour contourner ce pilier des règlements européens. Ce principe est un des principaux freins à la libéralisation totale du commerce par le fait qu’il impose des normes strictes en termes de santé publique, d’environnements et d’alimentation, c’est lui qui interdit par exemple, l’importation de bœufs aux hormones ! Ce traité montre que l’agriculture est utilisée comme monnaie d’échange par l’Europe afin d’obtenir l’ouverture des marchés publics aux Etats Unis.

Renoncement sur les normes sanitaires et environnementales ! En l’état, le projet de traité transatlantique ne se contente pas d’ouvrir les vannes des pétroles et gaz de schistes ou des sables bitumineux venus d’Amérique du Nord. Il offre une possibilité sans faille aux transnationales pour démonter méthodiquement les normes sanitaires et environnementales les plus avancées, d’un côté ou de l’autre de l’atlantique.

D’une manière générale, les négociateurs ne cherchent pas à harmoniser les réglementations et les normes, mais à faire progresser la « reconnaissance mutuelle ». De quoi encourager le dumping social et environnemental !!

La CGT ne croit pas aux vertus naturelles et automatiques de la relation commerciale. Son moteur essentiel reste de faciliter et maximiser les profits pour ceux qui détiennent le capital.

Pour la CGT, un Accord de libre-échange (ALE) devrait entériner comme objectif le plein emploi, le travail décent et de meilleures conditions de vie pour tous.

Pour la CGT, la protection de l’environnement et le respect des conventions environnementales internationales devraient également être érigés comme critères incontournables ainsi que la garantie juridictionnelle des Etats en matière de règlements des différends.

Lire la note d’analyse de la CGT sur le Traité transatlantique TAFTA

PDF - 467.4 ko