La RGPP chargée de "rapporter des scalps" : un rapport parlementaire à lire.


- LA NECCESSITE D’UNE IMPULSION POLITIQUE FORTE N’AURAIT PAS DU FAIRE OBSTACLE A UN VRAI DIALOGUE DEMOCRATIQUE SUR LES REFORMES. AU LIEU DE CELA, L’EXERCICE SE LIMITE A LA MULTIPLICATION DE COUPES SOMBRES SANS CONCERTATION ET S’APPARENTE A UNE "REDUCTION" GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES.

Cet extrait d’un rapport fait au nom de la Commission des finances, de l’économie générale et du plan sur le projet de loi de finances pour 2009 et déposé le 16 octobre donne le ton du chapitre consacré à la modernisation de l’état et à la RGPP. Ce bilan est un outil pour tous ceux qui continuent de lutter contre les conséquences néfastes des mesures RGPP/CMPP pour les administrations, les personnels et les citoyens.

Autre extrait significatif du rapport :

- Loin de susciter l’approbation, dans les couloirs des ministères ou dans l’opinion publique, la RGPP donne plutôt l’impression d’une "commission de la hache" chargée
de "rapporter des scalps". Une suspicion généralisée régne à l’égard des fonctionnaires, partant du constat à priori
qu’ils sont des freins au changement et qu’il faut les y forcer. Or on ne réussit une réforme que si les acteurs -
agents publics et citoyens - se l’approprient.

Ce rapport public est disponible en piéce jointe ( version compléte en HTML, synthése en PDF) ou sur le site de l’assemblée nationale. Il mérite d’être lu.