Grève Fonction Publique, 26 janvier 2016


➜ Le dégel immédiat de la valeur du point de l’indice, la compensation des pertes de pouvoir d’achat subies depuis l’année 2010, de véritables déroulements de carrière, la suppression du RIFSEEP qui aggrave l’individualisation des rémunérations. Pour les agents de droit local, un statut véritablement protecteur et le respect des règles internationales du travail, une protection sociale de haut niveau et la garantie d’une retraite décente,

➜ L’arrêt des suppressions d’emplois et la définition d’un plan pluriannuel de recrutement et de requalification des emplois, la résorption de toutes les formes d’emploi précaire,

➜ L’arrêt de la réforme territoriale de l’État et l’implantation de services publics de pleine compétence et de proximité sur l’ensemble du territoire national, y compris en Outre-Mer, et à l’étranger,

➜ Le rétablissement et l’amélioration des droits statutaires et des garanties collectives des personnels,

➜ La sortie des politiques d’austérité et l’octroi des moyens budgétaires nécessaires au financement de toute l’action publique.

Les lois de finances et de financement de la sécurité sociale 2016 confirment, à ce stade, le refus gouvernemental de rompre avec les politiques d’austérité qui se traduisent aujourd’hui par la poursuite du gel de la valeur du point de l’indice depuis l’année 2010 et la détérioration des rémunérations des agents de droit local.

Les déroulements et les promotions de carrière des personnels sont de plus en plus bloqués. La réforme des concours de catégorie C introduit de la discrimination et provoquera à terme la disparition de la diversité dans les recrutements.

Les agents subissent une perte de leur pouvoir d’achat inédite et catastrophique, des milliers d’entre-eux sont paupérisés. La prise en compte du taux d’inflation en France lors de l’exercice coût-vie empêche une véritable revalorisation des salaire des recrutés locaux.
En janvier 2016, la "cotisation" retraite des fonctionnaires augmentera de 0.40%, d’où une perte équivalente de pouvoir d’achat supplémentaire !

Les qualifications ne sont plus reconnues et même après des années de « bons et loyaux » services, il faut encore faire ses preuves.

Dans le même temps, alors que la plupart des services sont d’ores et déjà exsangues, l’administration persiste et signe dans la mise en œuvre de plans pluriannuels de suppressions d’emplois qui détériorent nos conditions de (vie au) travail et rendent impossible l’exercice de l’ensemble de nos missions publiques.
Au détriment de l’effectivité et de la qualité du service public rendu, le projet MAEDI 21, comme la réforme territoriale initiée par le gouvernement, va conduire à encore plus d’individualisation, toujours plus de suppressions de postes et d’abandon de nos missions à l’étranger au profit d’opérateurs privés.

Par ailleurs, de lourdes attaques sont portées contre le statut général des fonctionnaires, nos statuts particuliers, nos droits et nos garanties collectives, avec des règles de gestion venant du privé, des mises en cause des politiques relatives à l’action sociale, l’hygiène, la sécurité et les conditions de travail, à la protection sociale dans ses dimensions obligatoire et complémentaire.

Dans un tel contexte, seule la construction d’un rapport de force de haut niveau et inscrit dans la durée est susceptible d’imposer d’autres choix !

ENSEMBLE ET DANS L’UNITÉ LA PLUS LARGE ! PAR LA GRÈVE ET DANS LES MANIFESTATIONS !
CONSTRUISONS UNE PUISSANTE JOURNÉE DE MOBILISATION,
LE 26 JANVIER 2016 à PARIS

La manifestation aura lieu de la Place du 18 juin (Métro Paris Montparnasse) jusqu’à l’Esplanade des Invalides.
Le rendez-vous des camarades de l’UGFF-CGT est prévu à partir de 14 heures au début du boulevard Montparnasse, côté rue de l’Arrivée, derrière les camarades de La Santé
Soyons nombreuses et nombreux !

SI VOUS ETES EN POSTE À L’ETRANGER, VOUS ETES AUSSI COUVERT PAR LE PREAVIS DE GREVE.