Février 2007 : Déménagement d’une partie des personnels de la DSI


REVENDICATIONS CGT TRANSMISES AU SECRETARIAT GENERAL DU QUAI D’ORSAY.

- Le 2 février 2007 à 16h, les organisations syndicales ( CFDT, CGT, FO) ont remis à l’administration représentée par le secrétaire général adjoint, le DGA, le directeur SAI et le directeur DSI, une pétition comprenant 141 signatures des personnels DSI "nous ne sommes pas des pions".
Comme suite au courrier intersyndical du 5 janvier 2007 (ASAM/UNSA, CFDT, CGT, FO, FSU), les syndicats avaient demandé le lundi 29 janvier à rencontrer le secrétariat général pour lui rappeler leur exigence d’avoir des réponses concrètes à leurs interrogations concernant l’absence de concertation avec les personnels, les conséquences pour les conditions de travail des agents et l’avenir du service.

- Après avoir remis la version originale de la pétition, la CGT a transmis à l’administration un texte revendicatif CGT résumant les enjeux sociaux liés à ce déménagement forcé, imposé aux personnels DSI sans concertation.

- L’administration a reconnu tout d’abord que "le dialogue social n’a pas été ce qu’il aurait du être".
A partir de ce constat, la lecture du calendrier de l’opération déménagement du 103 rue de l’université a servi de prétexte à justifier cette absence de dialogue. "Face aux problèmes de travaux qui ne sont pas de notre fait" (travaux du 101 rue de l’université effectués par COGEDIM pour l’assemblée nationale) et de la décision du CHS du 15 novembre, ayant acté l’évacuation du 103 pour raison de santé au travail, "l’urgence a été le moteur" de la démarche de l’administration.
Sous pretexte d’une relocalisation nombre pour nombre des personnels du 103 sur un nouveau site, l’administration a choisi de délocaliser une partie des personnels DSI sur proposition de son directeur.

- Comme les personnels DSI concernés, le CTPM des 6 et 7 décembre n’a pas été averti de cette démarche qui, pour la CGT était, certainement déjà dans l’air du temps.
Pour sa part, l’administration continue d’affirmer que la phase décisionnelle de l’opération s’est située entre le 15 décembre et le 8 janvier, soit pendant une période de congés scolaires, peu propice au dialogue social.
"Il fallait agir vite et la situation nous a un peu tous dépassés". "Maintenant il nous faut repartir du bond pied" : telle a été la réponse aux questions posées par les trois organisations syndicales.
Ce qui sous entend qu’entre le 15 novembre 2006 et le 2 février 2007, la concertation a été pour le moins claudiquante ou a marché sur les mains.

- Le contrat de location avec Klepierre ( BNP/PARIBAS) ayant été signé le 5 février par le préfet des hauts de seine représentant france domaine pour une durée maximale de 4 ans, il s’agit maintenant de prendre en compte les revendications des agents transmises par les organisations syndicales.
Une visite des lieux s’impose comme la convocation rapide du CHS du MAE.

- A partir de cette volonté exprimée par l’administration de "repartir du bon pied", les syndicats exigeront des garanties pour les 125 agents concernés par le déménagement.
Qu’il s’agisse du respect des règles hygiène et sécurité quant aux conditions de travail et de surfaces mises à disposition, de la concertation sur le respect des textes statutaires en matière de temps de travail, des conditions de transports et de restauration, des conditions professionnelles, des dysfonctionnements éventuels non envisagés à ce jour.

- Au coté des personnels DSI, la CGT y veillera dans l’unité syndicale la plus large.

Daniel Vazeille
Secrétaire Général