Exigeons le retrait du fichier EDVIGE


Mobilisation "Non à EDVIGE"

Aprés l’annonce présidentielle et gouvernementale du 9 septembre pour réclamer une concertation "suivie de décisions pour protéger les libertés publiques", il importe de se féliciter qu’il y ait un vrai débat public autour du fichier EDVIGE, alors que que le gouvernement a tout fait pour faire passer ce décret en catimini.

La mobilisation citoyenne a donc payé. Mais, il faut continuer à signer la pétition pour montrer au gouvernement que les citoyens restent vigilants malgré les effets d’annonce.

Cette mobilisation montre en tout cas que rien n’est jamais inéluctable si les citoyens interviennent nombreux dans le débat public. Ce débat ne saurait être confisqué par un cartel de personnalités médiatisées.

Les libertés publiques nous concernent... tout comme la défense des services publics, les garanties collectives, le
code du travail, le statut des fonctionnaires, etc.

800 organisations et plus de 131 000 personnes à ce jour dénoncent EDVIGE, un fichier liberticide

- Réunies en Collectif « Non à EDVIGE », près de 800 organisations et associations et plus de 131 000 personnes ont signé la pétition en ligne "Pour obtenir l’abandon d’EDVIGE" http://www.nonaedvige.ras.eu.org et, pour certaines d’entre-elles, se sont engagées dans des actions de signatures de la pétition par les citoyens sur la voie publique.

- Sans débat public préalable, le gouvernement, par un décret publié au Journal officiel du 1er juillet 2008, a considérablement accru les capacités de fichage de nos concitoyens. Ce fichage sera assuré, à l’avenir, par la DCRI, Direction centrale du Renseignement Intérieur (fusion des Renseignements Généraux et de la DST).

- A cette fin, un nouveau fichier policier sera mis en place sous le nom d’EDVIGE (Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale). Il recensera, de manière systématique et généralisée, toute personne « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». Sans exception, toutes les personnes engagées dans la vie de la cité sont donc visées.

- En outre, ce fichage vise à permettre la collecte de renseignements identitaires sur les « suspects » (personne mais également groupe) simplement considérés, par la police, comme susceptibles, à l’avenir et de manière totalement hypothétique, de porter atteinte à « l’ordre public ».

- Il permettra de compiler toutes les notes de renseignements telles que : état civil, photographie mais aussi fréquentations, comportement, déplacements, appartenance ethnique, vie sexuelle, opinions politiques, philosophiques, religieuses, appartenances syndicales et associatives ...

- La police sera autorisée à consulter ce fichier en cas d’enquêtes administratives pour l’accès à certains emplois.

- Les mineurs ne seront pas épargnés puisque fait sans précédent dans notre République et particulièrement choquant, leur fichage sera autorisé dès l’âge de 13 ans et cela sans qu’aucune infraction n’ait été commise et sur la seule base de leur dangerosité présumée.

- Cette initiative gouvernementale, porteuse à l’évidence de nombreuses dérives, s’inscrit résolument dans le cadre de la mise en place d’une politique sécuritaire ouvertement revendiquée.

- Le gouvernement est passé outre aux réserves émises par la Commission nationale Informatique et Libertés concernant ce fichier qui, dès sa parution, a suscité les plus vives réprobations de multiples organisations associatives, syndicales et politiques.

C’est pourquoi les organisations et les personnes signataires de cet appel :

- exigent le retrait du décret autorisant la mise en place du fichier EDVIGE qui institue un niveau de surveillance des citoyens totalement disproportionné et incompatible avec une conception digne de ce nom de l’état de droit,

- sollicitent le soutien et la signature de tous nos concitoyens et de toutes les organisations attachées aux libertés publiques, au respect de la vie privée et des droits de l’enfant,

- s’engagent à se constituer, dès le mois de septembre 2008, sous forme de Collectif afin de prendre toute initiative utile visant à obtenir des pouvoirs publics qu’ils renoncent à la mise en place du fichier EDVIGE.

En compléments d’informations, vous trouverez en pièces jointes la déclaration de la CGT et le communiqué de presse du Syndicat de la Magistrature.