En matière de courtoisie comme de sécurité, charité bien ordonnée commence par soi-même !


Alors que, les uns après les autres, les différents services du Ministère prennent leurs quartiers rue de la Convention, la plupart des agents auront d’ores et déjà pu mesurer les dysfonctionnements - structurels pour certains d’entre-eux - qui polluent leur nouveau cadre de travail.

Dans ce contexte, la note parue le 23 février sur Diplonet, censée rappeler aux agents les règles de courtoisie et de sécurité, tombe telle un cheveu sur la soupe. Certes, nous connaissions déjà la propension de notre administration à vouloir rééduquer ses agents, souvent considérés comme de grands enfants irresponsables, mais il y a tout de même des limites.

Faut-il rappeler que les agents ont subi, et non appelé de leurs voeux, le déménagement à la Convention ? Non contente de leur imposer des conditions de travail génératrices de stress supplémentaire, l’administration voudrait à présent reporter sur les épaules des agents la responsabilité des nuisances résultant de choix contestables en matière d’aménagement.

On peut espérer que les défaillances techniques en matière d’éclairage et de climatisation trouveront une solution une fois les travaux achevés. On déplorera tout de même l’empressement à installer les services dans un immeuble encore en chantier. A force d’aborder les questions immobilières, et les politiques publiques en général, par la seule lorgnette budgétaire, on aboutit souvent à des solutions bancales.

Quant aux bureaux en "open space", la CGT-MAE s’y est opposée depuis le début. Un temps en vogue dans le privé, ce type d’aménagement suscite désormais la désaffection du fait de son impact négatif sur la santé physique et psychique des salariés. Copier c’est pas beau, mais avec dix ans de retard c’est nul... Notons que les zélateurs de ce système se sont prudemment abstenus de l’expérimenter par eux-mêmes : les "open space" c’est bien, mais pour les autres, agents C et B de préférence !

Grâce à l’intervention de la CGT-MAE, le cloisonnement des "open space" du 4ème étage du site d’Issy-les-Moulineaux a été obtenu au cours d’un CHS (Comité d’hygiène et de sécurité). Des solutions existent aussi pour le site de la Convention pour peu qu’on y mette les moyens. La CGT-MAE entend poursuivre la mobilisation pour obtenir des conditions de travail qui prennent en compte le bien-être des agents !