Alerte intersyndicale

BOYCOTT du CTM des 16 et 17 mai 2019


La CGT/MAE et 4 autres syndicats représentés au Comité Technique Ministériel (ASAM-UNSA, CFTC-FAE-MAE, USASCC, FO/FSU-MAE) ont décidé de boycotter le CTM des 16 et 17 mai 2019.

Nous nous félicitons de présenter un front syndical uni et majoritaire dans un ministère où l’administration joue souvent des divisions syndicales.

Pourquoi ce boycott ?

Parce que, vous le savez car vous le vivez chaque jour dans vos fonctions, nos conditions de travail continuent à se dégrader de façon inacceptable.

La politique continue de suppressions d’effectifs que nous subissons depuis 20 ans ne nous permet plus d’exercer nos missions dans des conditions conformes au droit du travail ni même parfois à la dignité la plus élémentaire.

Tous les signaux sont au rouge : temps de travail, régimes d’astreinte et de permanence, exigence de polyvalence absolue, injonctions contradictoires, nécessité de s’adapter sans arrêt à de nouvelles tâches et procédures, tensions relationnelles croissantes dues à la charge de travail, remise en question des droits à congés et des arrêts maladie, etc.

Notre administration nous envoie au front, plie devant les injonctions de Bercy sans défendre nos spécificités et met ainsi en danger les agents et leurs familles.

Cette politique destructrice rejoint celle de notre gouvernement : l’ennemi public n°1 est la Fonction publique et ses agents. Le recrutement de contractuels va devenir la règle, quels que soient le grade et le corps.
Notre ministère a déjà devancé cette orientation puisque plus des deux tiers de son personnel est constitué de contractuels. Il entretient la précarité au mépris de la législation (dispositif Sauvadet entre autres). Ce personnel est utilisé et jeté sans scrupule. Nous nous privons ainsi d’expertise et de mémoire.

Les recrutés locaux paient également le prix fort de ce cynisme : au gré des droits locaux, notre administration peut se permettre d’agir au mépris non seulement de notre Droit, mais aussi des valeurs fondamentales de la société française.

La CGT/MAE combat résolument cette conception technocratique et comptable du travail et de nos missions. Le MEAE, ce sont des hommes et des femmes aux expériences riches et variées mais faites aussi d’épreuves personnelles et professionnelles.

Nous demandons à l’administration de :

-  recréer d’urgence des ETP
-  légiférer sur un socle minimal de droits pour les recrutés locaux avec des rémunérations décentes partout
-  cesser l’entrave à la CDisation des contractuels

Notre Ministre, lors d’un précédent CTM, avait promis de défendre ses agents. On a vu le résultat, le MEAE n’a jamais été aussi affaibli par les décisions gouvernementales : rupture de continuité du service public à l’étranger, diplomatie mercantile et focalisée sur la communication, augmentation notable des risques psychosociaux.

En vous mobilisant le 9 mai (460 agents grévistes), vous avez donné plus de légitimité à nos combats, merci et continuons !

Rejoignez la CGT/MAE contre les régressions sociales et pour que votre voix soit entendue !